Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Monde merveilleux du caca La culture c'est aussi des oeuvres inavouées...

Les loulous de Loo

Nux

Kalimera les canailles, ça faisait longtemps que je marinais dans ma bave et mon vomi à me tâter pour faire un article, aussi en ce chaud tantôt, me voici. Pendant que mon équipe s'entraîne sur Fap Titans et que mes choux poussent dans Pirates of Everseas je me permets une petite pause artistique en écoutant du bon gros mélodeath. Charles André Van Loo est en gros, c'est à peu près tout ce que j'ai retenu, un peintre qui ne sait pas lire mais qui parle avec sa palette. Il fait partie du mouvement rococo pops, et je crois que c'est le premier dont je parle aussi je vais devoir passer par la sempiternelle explication... Humpf. En un mot le rococo est kitsch. On a des sujets mythologiques, des clichés allégoriques, des nus, de beaux paysages au coucher de soleil, tout ce qu'on retrouve dans la fantasy pour ado EN GROS.

 

L'adoration des mages n'échappe pas à la règle, un enfant parfait tel que vous n'en sortirez jamais du vagin de votre chère et tendre mais qu'on voit fréquemment dans les pubs types Pampers ou Guigoz pour n'en citer que deux. C'est jour d'allégresse, le petit Jésus est là, et son regard hautain et quelque peu prétentieux est au centre de tout. De façon tout à fait personnelle, c'est les anges que je fixe, on sait jamais, ils pourraient sortir du tableau et m'embarquer pour mes divers péchés.

J'ai toujours rêvé de sauver une femme des griffes d'un forcément très méchant monstre, mais en ces temps, les monstres manquent, tout autant que les femmes sauvables. Si Nathalie Kociusko Morizet se faisait agresser devant moi, je ferai éventuellement une exception si elle me promet de réduire mes impôts par une bidouille politique. C'est pour ça que je dis le rococo kitsch, parce que les préoccupations de ce courant sont somme toute bien éloignées des nôtres. Quand Persee sauve Andromède, je me demande s'il pense aux avantages financiers, il faudrait lui demander. Ou alors, peut-être que l'allégorie est plus subtile, comme quoi le dragon attaqué représente la pauvreté et qu'en l'éliminant, son rang social augmente. AHA!

Dans ce Alexandre le grand, on pourrait faire pas mal de métaphores plus ou moins délirantes, et je doute pas un seul instant que la droite nationaliste grecque a repris son image pour tuer des bougnoules en toute illégalité. J'imagine devant le tribunal: "Quand il a dit qu'il aimait Darius je l'ai buté Monsieur le juge, pour le bien de notre patrie." Notre majestueux petit jeune sur son beau cheval blanc fixe un macchabé à qui je trouve une pose un peu trop majestueuse et peu réaliste, nul doute que c'est un noble et que même dans la mort il prend une position classe. Dos droit, posture style "je prend un raisin allongé sur mon banc", regard de braise, et Alexandre qui arrive comme une fleur sans une seule goutte de sang, on a peine à croire qu'il s'agit d'une scène de bataille... Même le ciel est d'un bleu à en faire palir d'envie Les anges de la téléréalité: Ibiza. 

Qu'elles sont belles nos Trois Grâces, juste ce qu'il faut de seins, de jolies tresses et surtout, surtout de belles oreilles. le plus important chez une femme, chez un cheval aussi d'ailleurs de sont les oreilles, qu'on peut tripoter de temps en temps. C'est tendre et un peu salé, oh oui c'est merveilleux les oreilles! Le sac poubelle au-dessus de nos femmes a tendance à gâcher le paysage, mais il faut bien qu'elles s'habillent ou se changent car si l'on regarde attentivement leur pagne traîne un peu, ça doit être bien dégueu à force, aussi elles se drapent dans le sac poubelle, à trois dedans, tels trois roumaines. Je crois je viens de briser un tableau classe, merci oeil-caca!

Dans Arts begging for the save of Madame de Pompadour, on voit les Muses, je m'amuserai pas à essayer de trouver laquelle est Callisto et leurs noms à chacunes, j'aurai pu, c'est là qu'on voit un bon allégoriste. Ce tableau me rend triste,  ma playlist ballades de Judas Priest y est peut-être pour quelque chose, mais pas uniquement. Je pleure également parce que le Destin ressemble à un vieux clochard dans un sac de couchage et que les deux Muses d'en haut galèrent à faucher ses fils, faut dire avec son symbole de l'Europe au-dessus de la tête il m'a pas l'air très mobile. Définitivement, celui-ci est pas ouf.

Et on finit avec un Poséidon badass (plus que dans les Percy Jackson) dans Neptune et Amymone. Enfin, en connaissant l'histoire ça devient un peu glauque. Un satyre, celui que notre copain barbu poursuit tente de violer une nymphe, Poséidon chasse le vicieux et se fait la nymphe, déjà partiellement dénudée et assez peu choquée. Moi qui croyait au départ qu'il faisait le galant auprès de notre choupette, me voilà déçu... J'aurais dû savoir que les dieux grecs étaient quasi tous des connards obsédés par leur bite mais bon. J'aime pas les grecs, tous des pédés.

Commentaires