Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Monde merveilleux du caca La culture c'est aussi des oeuvres inavouées...

AMEDO CLINIQUU

Nux

On peut dire que j'en aurais chié avec ce foutu animé, entre les techniques périmées pour garder du suspens, les discussions sur la camaraderie, le personnage principal con comme un balai qui nous dit enfin comprendre ce qu'est le football américain et passe le reste du temps à répéter les prénoms de ses camarades de jeu. Mais que serait un animé sportif sans ça, je vous le demande, mais surtout, que serait Eyeshield 21 sans nos gloussements moqueurs vis à vis de notre peu charismatique protagoniste, ah, il m'en a fait bouffé du ballon ovale, du personnage secondaire puant, et de l'opening schlinguant (sérieux, y en a que deux de viables sur 5) pendant un bon cinquième de la série qui compte tout de même 145 épisodes et disons le franchement, je SAIS que c'est une "série fleuve", One Piece si tu m'entends, on pourrait en enlever une bonne trentaine que ça resterait compréhensible.

Je me suis infligé ça pour le blog (le manga ne sera pas une punition, toi même tu sais) et j'en ressors lessivé. C'est l'histoire de Sena, un petit puceau soumis qui se fait molester un jour sur deux par ses camarades de classe et qui se voit obligé de leur acheter des croissants avec l'argent volé à sa mère dans le tiroir, bon je fabule peut-être un peu, mais c'est l'idée. Et un peu par obligation, parce que dans la vie on a besoin d'amis pour que plus tard il nous prêtent leurs gosses pour une tournante aident, il rejoint un club. Remarquez qu'après ma description un chouilla exagérée, vous ne pensez pas que cette merdasse maladive rejoindrait le club de football américain, mais voyez-vous, y a un gros mec style Kane qui se met à chialer devant lui ,aussi, il décide de l'aider à gagner le, criez le bien fort, CHRISTMAS BOWL, une coupe quoi, pour ranger ses fruits. On se serait plutôt imaginé le bougre au club de mini golf, (reconnaisez le potentiel de non-epicness d'un animé là-dessus...) mais que voulez-vous, il veut faire son homme, alors bon... Petit à petit, et approximativement une fois par épisode, plus c'est en match, il aura une révélation sur le sport type "Mon équipe compte sur moi", bien sûr n'oubliez pas qu'il ne fait que répéter les prénoms de ses potes.

 

Kurita: Sena, tu dois manger ce sandwich en le tenant à deux mains, sinon il tombe.
Sena: Kurita...

Mais on y est pas encore, là on est toujours au stade équipe de merde cherche joueurs. Le délire c'est de participer à un tournoi national d'équipes lycéennes (#sexypompomgirls) et Deimon, le nom du lycée où est Sena, compte bien y parvenir à grand renfort de coups spéciaux débiles, stratégies à peine plus inventives qu'un épisode de True Blood et surtout d'entraînement un poil extrêmes style pousser un camion en 40 jours du Texas à Las Vegas. Zoom sur nos loosers.

Hiruma est le capitaine et disons-le un des rares persos potables, il a toujours une arme à proximité et un sourire démoniaque. Jouant comme quaterback, meneur de jeu, il sait contrairement à vous toutes les règles du football américain par coeur et comment bien insulter ses copains pour les motiver, ce que vous savez peut-être.

Kurita est gros, il fait partie de la ligne.

Komosubi est aussi gros, lui aussi un lignard.

Jumonji, l'autre à lunettes, et l'autre à cheveux (pas importants) sont des anciens thugs qui nous infligent encore et encore leur présence en avant-garde.

Taki est un abruti qui fait AHA, il est polyvalent le salaud.

Monta, le singe, rattrape les balles, et nous gratifie toujours d'un MAX en fin de phrase.

Sena court.

Bien sûr on a également Suzuna, la pom pom girl qui nous envoie du Baka-Oniki, du Ya-Ha et qui ne quitte jamais ses rollers, Mamori, la manager qui ferait moins tache dans un shojo type au pif Fruits Baskets, l'infirmière sociopathe sans nom qui m'arrache un frisson d'horreur à chaque apparition.

 

 

Dès que Shin vous regarde avec ses yeux ténébreux et ses cheveux sentant bon le shampooing anti-pelliculaire, on sait que c'est lui le grand rival, en rivaux secondaires, on aura ensuite un rasta, un péteux et d'autres joueurs plus ou moins viables. De toute façon, Sena leur mettra tous une branlée parce que c'est le plus fort, le plus rapide, le plus intelligent, à un point que c'en est chiant et que j'ai espéré qu'il subisse une bonne grosse défaite dans sa tronche de saligaud, des fois il se prend des coups de coudes, des insultes, des menaces, se fait écraser la face dans l'herbe chaude, mais il gagne TOUJOURS! Enculé... Pendant que je suis grognon, y a vraiment personne de viable à part Agon, Hiruma, Mamori est une vieille matrone puant la défaite qu'on se coltine pendant TOUT l'animé parce que cette grosse salope a décidé de poursuivre Sena où qu'il aille. Mais le pire c'est le commentateur de matchs officiels qui s'abaisse à venir mettre le feu à un entraînement des Deimon ou même à leur fête de l'école comme un bon vieux stalker en mal de cul.

On se rappelle, car on vient juste de lire la Cropat sur Prince du Tennis que les coups spéciaux puent la merde et décrivent quelque chose d'en somme assez commun. Ici, on a de la traversée de perso, des tacles, des passes, des coups déloyaux dénominés autrement mais on sent un effort et puis c'est quand même plus épique que de dire qu'il rattrape la balle, aussi on préfèrera hurler "Devil Back Fire", et on se prend vite au jeu, même si c'est ultra prévisible, certes, ça reste prenant, on ne lâche que peu la série qui semble d'ailleurs assez inaboutie au vu de la fin faite à la pisse.

Au sujet des op/ed, pour enrichir votre culture musicale, le 4 et le 5 sont honorables, ce dernier fait vaguement penser à un chant de personnes assez alcoolisées mais là n'est pas la question, de toute manière c'est pas ça que je retiendrai de l'animé. Le jingle correspondant à Shin est assez mémorable par contre -> ici

Le AMETO CLINIKU m'a traumatisé, pour les non-initiés, visualisez la chose, vous êtes peinards devant votre match, une bière à la main, une Kro si vous avez du goût, et là, bien sûr vous avez mis le son à fond, normal vous êtes un trou du cul et vous êtes à fond, quand, tout à coup, le ballon s'immobilise, AMETO KLINIKU!!!!! Cette salope de mi-épisode vient vous agresser, vous expliquer que pour faire une passe, il faut utiliser ses poignets, mais mais, vieille merde! Purée, le pire c'est qu'à chaque épisode je me fais violer les oreilles parce que ça c'est pas prévisible bordel! Même en dormant je l'entends, à chaque fois que je fais un truc épique, j'attends avec crainte le sempiternel AMETO KLINIKU! RAAAAH! Mais c'est pas tout, en plus y a cette pétasse de Mamori dedans, alors, j'ai tout pour HAIR ce middle... Ceci étant dit, je crois que les tics des persos restent presque autant que ce fatal machin, entre le YAHA de Hiruma, le Funnurabaaaaa de Kurita, le MAX de Monta, le "Je dois réussir" de Yukimitsu-Kun (ah oui je l'ai oublié dans l'équipe, c'est un receveur minable avec une endurance de quelques minutes qui a une calvitie précoce) et bien entendu le "Sena" (à prononcer en soupirant) de Mamori.

Je ne parlerai pas des épisodes de remplissage, je risque d'être violent, tranches de vie à la con... Au final, E21 n'évite aucun travers du genre, le manque d'inspiration dans les intros avec ce foutu bruit d'avion, le terrain à longueur infinie, les monologues interminables, une distorsion du temps proprement relativiste, des persos tous débiles au possible, mais avouons le, à regarder entre potes c'est top, certes, je l'ai pas fait, mais, vos gueules, c'est top.

Commentaires