Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Monde merveilleux du caca La culture c'est aussi des oeuvres inavouées...

Mada mada dane

Nux
Mada mada dane

Arf, apnée terminée, 178 épisodes de sous-intrigue aussi intéressantes que Pawn Stars, d'effets spéciaux épileptiques, de coups traditionnels du tennis renommés de manière folklorique avec un petit plus délirant à la limite du schlinguant, des persos tous plus improbables les uns que les autres, un protagoniste encore un petit con invaincu, on mixe tout ça, on chie dans le mixer, on touille avec son petit doigt, on dispose, servir chaud. Nom du plat: Prince du Tennis, cuisine japonaise.

Comme le nom l'indique, Prince du Tennis est une série TV de sport parlant de curling. Pour les séries de sport plus ou moins célèbres on peut citer, Jeanne et Serge, Olive et Tom, Pole Position, A Plein Gaz, et dans une moindre mesure, Beyblade. Pour ceux qui nous suivent, bénis soient-ils, j'avais parlé de Burst Angel et de ses schémas fastoches, PdT ne tombe pas dans ce travers-ci, puisqu'à vrai dire c'est un très bon animé. Mais je ne l'ai pas mis dans Sous le caca le soleil, il est vrai, car cette série est connue, tout comme Earthworm Jim que j'ai le plaisir de tester sur Game Gear en ce moment, bien qu'il me déçoive.

Mada mada dane

On suivra les matchs d'Echizen Ryoma, fils d'Echizen Nanjiroh, célèbre joueur de tennis professionnel connu à travers le monde entier. Et comme dans un bon Shokugeki No Soma des familles, il rêve de surpasser un jour son père, et on ne saura pas si oui ou non il peut lui faire manger la poussière. ll entre dans un club de tennis peu renommé et le poussera vers le septième ciel car, après tout, c'était quand même une belle brochette de branleurs avant son arrivée.

Faisons un petit aparté, l'équipe de tennis n'est composée que d'hommes, les yaoi sont donc foison, ne tapez donc jamais au grand jamais "Oishi Kikumaru pair" sur votre moteur de recherche préféré. Vous êtes prévenus.

Mada mada dane

Attaquons les personnages principaux de l'équipe de Seigaku, son équipe donc. Comme il y a énormément des personnages, nous y reviendrons, je ne présenterai qu'une minorité d'entre eux.

Le capitaine, Tezuka Kunimitsu, est le meilleur, le plus beau, le plus mystérieux, celui qui quand on arrive en ville ne change pas de trottoir. Il maîtrise parfaitement le Zero Shiki Drop Shot, la volée, et la Tezuka Zone, le pouvoir d'attirance des balles, il pourra également les repousser plus tard.

Le vice capitaine, Oishi Shuishiro, est le fair-valoir de Tezuka pendant les flashbacks et le moins incompétent en gestion des joueurs, il domine la Moon Volley, un coup millimétré au fond du cours, un lob donc.

Le prodige du groupe, Shusuke Fuji, a toujours les yeux fermés, sauf pendant les matchs, sinon ça serait dur, quoique certains personnages n'ont semble-t-il pas besoin de voir pour jouer au tennis, il ne révèle jamais son potentiel, sauf quand un de ses adversaires fait mal à ses copains, on parle toujours de tennis hein? Il gère à fond la banane l'Higuma Otoshi, le rattrapge de smashs, le Tsubame Gaeshi, le coup droit qui rebondit pas, et le Hakugei, le coup qui revient dans la main parce que les balles c'est cher de nos jours, et bien d'autres qu'il sortira de son chapeau pour les matchs chaud patate.

Eiji Kikumaru, le copain d'Oishi, et son partenaire en double, potentiellement de débauche mais nous ne sommes point sûrs, c'est un joyeux drille qui maîtrise la psychologie bien qu'il paraisse un peu débile au premier abord. Il joue de façon acrobatique, avec des gestes improbables et peut se dédoubler, parfaitement, c'est légal.

Takashi Kawamura, apprenti maître sushi le jour, joueur de tennis la nuit, ça aurait fait classe mais en vrai il cumule les deux, il se spécialise dans la force et dans les hurlements virils du style "Burning" ou "Goddamm" ou encore "Gotcha", il éclate l'adversaire à coups de Hadoukyu, non vous ne rêvez pas, il crée des variantes de ce coup consistant en envelopper la baballe dans des flammes, ouais c'est un Hadouken quoi, sauf que lui il se concentre on dirait il va mouler un sénégalais, il suffit de faire bas diagonale gauche punch...

Sadaharu Inui, nerd qui détermine selon les données recueillies ce que fera l'adversaire ensuite. Ce mec est inintéressant, il sert juste à montrer au spectateur qu'il faut ressentir les choses. À l'occaz il servira de coach et de persécuteur avec ses jus dégueu, c'est lui qui a inspiré mon Whiskgo, du JB avec du jus de fraises Pago. Merci Inui, mes coupains te remercient pas.

Takeshi Momoshiro, bourrin. Juste bourrin. Dans les derniers épisodes on nous sortira un Momo-chan Sempai qui médite et maîtrise le vent mais ça passe pas comme il a fait que bourriner les smashs et le très célèbre désormais dans ma caboche, Super Great Momoshiro Special,, un smash donc...

Kaoru Kaidoh pour finir, lui c'est un passionné de serpent, toutes ses techniques en sont inspirées, il a toujours un bandana, tel un biker avec une raquette, notons le Tornado Snake, le Reverse Snake, le Boomerang Snake...etc.

Quand je pense que j'allais finir avant Echizen Ryoma... Ben lui il sait tout faire, c'est un petit prétentieux qui peut tout imiter mais ses techniques favorites sont le Twist Serve, le Cyclone Smash, le Drive B, le Drive A et bien entendu le Muga, dont nous reparlerons.

Parlons des personnages secondaires maintenant, on a une entraineuse un brin autoritaire, Sakuno, une gourdasse qui passe son temps à rougir, faire la bouffe à Echizen et à répéter devant lui "Echizen-kun", Tomo-chan, la supportrice numéro 1 et bien entendu une flopée de jeunes incompétents qui prouvent au monde entier que Echizen est le meilleur, le plus beau, celui qui a la plus grosse.

Il rencontrera diverses écoles avec son équipe, jusqu'au tournoi national du Japon, il aurait pu affronter Rafa Nadal ou Federer, ou encore Djoko mais non, lui il se fait un tournoi pourri au Japon... Faudra m'expliquer. Des joueurs célèbres, Agassi, Sampras, feront leur apparition dans les commentaires de matchs. Disons le clairement. Dans la vraie vie, les spectateurs tournent la tête de gauche à droite, de droite à gauche, vous avez saisi l'idée? Ici le jeu s'arrête le temps que les spectateurs analysent le jeu, l'arbitre est désœuvré, à un point que la caméra filmera le ciel et que le décompte sera fait tout seul... Et tous les matchs sont en un jeu... Tarlouzes...

Mada mada dane

Pour faire un tour rapide des écoles, on a Rikkaidai, les meilleurs, bien entendus vaincus, Hyotei, des riches, Fudomine, des coupains, Higa, des psychopathes, Rokkaku, orphelinat. Voici. Le nombre de personnages fait la force de l'animé, on est presque étonnés des ressorts scénaristiques, sauf en cas de clichés, avec l'épaule de Tezuka qui déconne tous les trois épisodes, la mésentente entre Momo et Kaidoh aussi, les rapports pseudo amoureux entre certains persos, l'admiration de Horio (il est pas important) pour Echizen, les flashbacks.

Commun donc.

Mada mada dane

Qu'en est-il du tennis? Et ben c'est plus qu'un sport c'est un art de vivre, les personnages se fendent de leurs petits commentaires philo sur la nature de ce qu'ils font à longueur de journée. Chacun prie à sa manière, l'autre qui déboîte des genoux en plein match, l'autre qui copie son adversaire, l'autre qui minimise ses mouvements, on a des putain de stratégie alors qu'en vrai c'est juste revers et contre-pied... Le bordel atteint son paroxysme avec le Muga, une sorte d'état de conscience avancé accessible par trois portes, que j'ai traduit: "le-fait-de-concentrer-sa-puissance", "pouvoir-prévoir-la-fin-de-l-échange" et "voir-avec-l-âme". Et à la fin ça donne un espèce de Bouddha uber-cheaté qui envoie des balles de plasma dans la gueule du pauvre adversaire...

Mada mada dane

Parlons des effets spéciaux, car comme dans tout Olive et Tom like on a des explosions, des pics de glace, des supernovas et j'en passe. Encore, ici, ça rend bien, en une sorte de duel à mort avec l'adversaire, si en 1940 on avait envoyé Echizen on se serait pas fait massacré la tronche... Des éclairs, des boules de feu, Sakuno qui casse tout, des tornades, des tsunamis, on a de tout, mais comme c'était trop pour nos pauvres yeux, on nous a ménagé des espaces de répit, pour montrer le regard effaré de TOUS les personnages, un, par, un. TOUS!!! Et à chaque match on aura ça, à CHAQUE match, pendant 178 épisodes, plus les OAV plus le film!!!!

Heureusement qu'on a les épisodes de remplissage... Mais j'ai pas envie d'en parler, une image le fera mieux que moi, l'illogisme à ce point devient un art.

Cette série est bien, car addictive, et heureusement sinon j'aurai été encore plus violent, mais les circonstances font que... quelque chose de réjouissant m'attend, je serai donc gentil en cette fin d'article.

Débile.

Commentaires