Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Monde merveilleux du caca La culture c'est aussi des oeuvres inavouées...

Animorphs: la vengeance de Tobias

Nux
Animorphs: la vengeance de Tobias

J'ai eu des regrets...Animorphs traînait comme une chaussette crade sur la moquette. Il était temps! Alors me voici, pour finir ce jeu, cette daube infâme qui bizarrement m'a bien amusé en seconde partie, m'étant habitué à cette logique étrange.

Pour la première partie c'est ici!

Toujours publié par Scholastic, toujours sur GBC. Voici!

J'en était resté à la Mission Deux si je ne m'abuse, j'avais niqué la tronche de ces immondes aliens, détruisant un autre...truc selon les ordres de Tobias.

Le Hork-Bajir final dérouillé (un des bidules bleus) et le Handrona détruit (ah c'était ça!) on passe à la Mission 3, boarf apparemment y a un scénario, on doit aller sur une île...bon...assez de mauvaise foi, allons-y!

Animorphs: la vengeance de Tobias

On doit se rendre, on sait pas pourquoi mais on doit, sur Royan, une île où y a sûrement un truc d'intéressant mais j'ai zappé à force de chercher comme un canaillou comment entrer dans le bateau! Il faut se transformer en souris...ben voyons! Limite ça a l'air logique comparée aux chiottes de Chapman, mais encore faut il le deviner sans un seul indice!

Cette fois vous jouez un Black, Marco je crois, j'ai toujours pas bité pourquoi on change de perso à chaque fois, pourquoi pas garder le premier? Comme si dans Sonic on nous faisait jouer avec Amy après Greenhill, ha ha ha ha ha. Non. N'y pensez plus, d'ailleurs, qui est Amy? Hum?

Voilà voilà, vous êtes dans le bateau, pour chercher un dauphin, et là faut le tabasser, lui poutrer la tronche, faire du cubisme avec son museau!!! En fait, pourquoi je dis tout ça moi? C'est pas une soluce! Je deviens objectif quelle horreur!

Animorphs: la vengeance de Tobias

Du coup, démerdez-vous! moi j'ai mis vingt minutes à piger comment aller à Royan, ma vie est naze en fait quand on y pense...

Bon allez je torche l'histoire en quatre lignes, on va à Royan, on tabasse un guépard, on trouve une entrée secrète en parlant à un ami et combattant des requins, on tue des aliens parce qu'ils sont pas comme nous, on arrive à la mission 4, on va dans une secte qui s'appelle le Partage, on combat des grizzlis dans une grotte sombre, on va en Arctique, on tue des orques, on génocide des aliens (encore) et on détruit un satellite, pour finalement avoir un twist de merde à la fin.

Je peux sortir la chevrotine ça y est.

Animorphs: la vengeance de Tobias

Les seuls passages amusants du jeu sont les phases plate-formes en sidescrolling, les programmeurs devaient savoir faire que ça, mais alors pourquoi ça dure que quelques secondes? Bande de cornouillards!

La fin est décevante, en tout point, on pourrait s'attendre à une cinématique visuellement énorme, et non! On a une image de diarrhée pixellisée vomie sur l'écran, ça fait honte à la Game Boy Color!

Ensuite, le soin! Pourquoi on a pas de potions? Hein? Tu as pensé à ça, salopard de boutonneux à lunettes qui se touche devant du code C++? Crétin de demeuré! On peut se soigner qu'après le combat contre les Yeeks. Résumons. Vous pouvez perdre votre meilleur Morph ou alors lui laisser deux PV contre une chèvre, mais pour le soigner il faut avoir la chance d'achever le boss de zone avec ce même Morph mourant? Logique non? Ok, ça passe dans la zone "ouverte" de la ville, où les morphs sont disponibles à volonté, mais au niveau du zoo, ça devient chiant de faire des allez-retours au Centre Pokémon du coin (à comprendre le machin bleu sadique qui tape une fois sur deux alors que vous cognez une fois sur cinq) ou à défaut d'aller rechercher le dit Morph.

Animorphs: la vengeance de Tobias

Les Game Over, parlons-en. Le mot de passe fait 16 symboles, aucune possibilité de sauvegarder autrement! D'où la question: pourquoi tant d'archaïsme? Dans Pokemon (encore lui) la sauvegarde est implantée dans l'écran titre! Nul besoin de retenir (pour les vieux de la vieille) ou de griffonner à chaque mot de passe!

Pendant qu'on est dans les problèmes de gameplay, attention les yeux, quand on joue le dauphin, dans l'eau donc (pour les nazes) on peut changer de morphs. D'accord, me direz-vous, mais. Mais. MAIS. Quel est l'intérêt de changer pour la chèvre, qui, rappelons-le n'est pas un animal amphibie? Bien sûr, si le dauphin meurt, vous êtes morts...Comme ça... Tssss... et inversement, sur l'image, il me reste que la truite...Je suis condamné à me suicider en éteignant la console...

Animorphs: la vengeance de Tobias

Bilantons avec des Plus et Moins!

Les +:

Le combat d'ours polaires sur la banquise

Se trimballer en chèvre et tabasser les PNJ en pensée

Le sidescrolling en taupe, dauphin, phoque et chauve souris

Les -:

La musique aussi agréable à l'oreille que du death metal Patrick Sébastien

L'expérience des morphs

Y a pas de crocodile

On s'ennuie à chercher quoi faire

Les mots de passe

Tobias

Les graphismes de 50% de la cinématique de fin

L'histoire au compte-goutte

Commentaires